Jean Ferrat

 

JE VOUS AIME


Pour ce rien, cet impondérable
Qui fait qu'on croit à l'incroyable
Au premier regard échangé
Pour cet instant de trouble étrange
Où l'on entend rire des anges
Avant même de se toucher
Pour cette robe que l'on frôle
Ce châle qui tend vos épaules
En haut des marches d'escalier
Je vous aime
Je vous aime

Pour la lampe déjà éteinte
Et la première de vos plaintes
La porte à peine refermée
Pour vos dessous qui s'éparpillent
Comme des grappes de jonquilles
Aux quatre coins du lit semées
Pour vos yeux de vague mourante
Et ce désir qui s'impatiente
Aux pointes de vos seins levées
Je vous aime
Je vous aime

Pour vos toisons de ronces douces
Qui me retiennent, me repoussent
Quand mes lèvres vont s'y noyer
Pour vos paroles, démesures
La source, le chant, la blessure
De votre corps écartelé
Pour vos reins de houle profonde
Pour ce plaisir qui vous inonde
En long sanglots inachevés
Je vous aime
Je vous aime

IK HOU VAN JULLIE

 

 

Om dat iets, dat ongrijpbare

Waardoor je het ongelooflijke gelooft

Bij de eerste blik die je met elkaar wisselt,

Om dat moment van vreemde ontroering

Waarop je engelen hoort lachen

Voordat je elkaar zelfs maar hebt aangeraakt,

Om die jurk waar je even langs strijkt

Die sjaal die over jullie schouders vlijt

Boven aan de treden van de trap,

Houd ik van jullie

Houd ik van jullie

 

Om de lamp die al gedoofd is

En de eerste van jullie steunen

Als de deur nog maar amper dicht is,

Om jullie ondergoed dat rond slingert

Als trossen narcisjes uitgestrooid

Over alle hoeken van het bed,

Om jullie ogen waarin de blik vervaagt

En dat verlangen dat zijn ongeduld verraadt

In de gerezen tepels van jullie borsten,

Houd ik van jullie

Houd ik van jullie

 

Om jullie vachtjes van zachte doornen

Die me tegenhouden, me terugduwen

Wanneer mijn lippen zich er in verdrinken willen,

Om jullie woordjes, buitensporigheden

De oerbron, het gekreun, de verwonding

Van jullie uiteen gereten lichaam,

Om jullie heftig deinende lenden,

Om dat genot dat jullie overspoelt

In lange gesmoorde snikken,

Houd ik van jullie

Houd ik van jullie